Article

Lundi 19 novembre 1 19 /11 /Nov 22:57
 

On dit des pompes, des tractions, des lever de poids, et d'un tas d’autres exercice d’entrainement qu’ils sont inutiles pour le parkour et le free run parce que ces sports demandent plutôt de la puissance explosive alors que ces exercices permettent plutôt un effort lent. Eh bien ceci est à la fois vrai et faux. C’est vrai car aujourd’hui la plupart des personnes pratiquant la musculation sans connaissance en la matière s’entrainent selon le « plus j’en fais, mieux c’est », ce qui les amènes à effectuer des série interminables et stupide qui ne font qu’augmenter leur résistance.
Et puisque la résistance travaille surtout les fibres lentes du muscles, jamais celui-ci ne sera puissant (capacité d’effectuer un travail rapidement). Mais il est FAUX que la musculation sera inutile. Il suffira de les exécuter en force et en puissance plutôt qu’en résistance, ce qui développera les fibres rapides du muscle. Il ne vous faudra donc qu’augmenter le poids de vos altères pour effectuer des séries de 3 à 7 répétitions. Si vous êtes capables d’étirer vos séries jusqu'à 9, vos poids sont trop légers. Mais attention, pour que le travail soit réellement efficace, vous devez descendre le poids lentement, au moins 3 fois plus lentement que lorsque vous l’avez monté. Le fait de descendre lentement s’appel le travail en négatif ou la force excentrique. Cette façon de travailler est la plus efficace pour augmenter la force et donc la puissance (explosivité) rapidement.
Vous devrez aussi travailler avec de petit poids, mais en montant le plus rapidement possible et sans travailler le négatif (laisser tomber le poids n'est pas une bonne idée, donc retenez le quand même). Ce travail développera des fribres intermédiaires qui remplaceront vos fibres résistantes. Ces fibres sont plus forte, plus puissante, mais un peu moins résistantes. Leur puissance n'équivaut pas celle des fibres fortes, mais elles joueront un rôle clé pusiqu'elle sont généralement les plus utilisées lors de la pratique d'un sport et qu'elles remplacent les fibres à contraction lente qui viennent ralentir les mouvements.
Mais Il faut être prudent, le travail en force et en puissance développe plus efficacement les fibres rapides du muscles, mais pour ne pas vous blessez, vous devrez commencer par travailler vos muscles en résistance. Il vous sera ensuite possible de vous entrainer en force sans vous blessez.
Le principe est le même pour n’importe lesquels des exercices que vous effectuez, donc si vous vous entrainiez seulement en résistance  depuis longtemps (sans raison particulière), vous avez perdu beaucoup, beaucoup de temps (excepté si vous vouliez augmenter que votre résistance ou magrir).
Tentez de déterminer avec logique les muscles que vous devez travailler, si vous pratiquez le parkour, vos pectoraux ne vous seront pas aussi utiles qu’à un boxeur. Aussi, n’oubliez pas qu’un entrainement physique amène à une perte de flexibilité, donc, vous devrez travailler la souplesse des muscles que vous entrainez. En plus, un muscle souple est un muscle rapide.

pour plus d'information, allez voir comment bien s'entrainer

Par abcisse - Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires - Communauté : Le Parkour
Dimanche 25 novembre 7 25 /11 /Nov 04:27

   Il est amusant de voir à quel point l'on peut évoluer par la simple pratique d'une discipline. Un homme, qui s'entraîne sans relâche dans certain art, peut toujours pousser ses limites plus loin, au-delà de sa propre pensé. Au tout début, un simple kong (saut de chat) par-dessus une simple rampe m'effrayait, j'avais peur de m'y accrocher les pieds.
   Quand je pense à mes débuts, j'en ai presque honte. Je ne suis pas devenu le meilleur, loin de là, je ne suis qu'un amateur un peu trouillard qui ne fait que quelques cascades de temps en temps. Mais je crois qu'année après année, avec persévérence et détermination, l'homme peut se rendre très loin.
   Le but, selon moi, est de pousser peu à peu ses limites. Sauter d'un peu plus haut, atterrir un peu plus loin. Aussi, je crois bon de se concenter sur une technique à la fois. Une fois celle-ci maîtriser, il faut en pousser les limites tandis que l'on se concentre sur une nouvelle tehcnique. Au tout début, l'important, selon moi, demeure la roulade, simple mouvement que je ne maîtrise que plus ou moins grâce à mon superbe dos défectueux.
    Lorsqu'il pleut ou qu'il neige, il serait préférable de s'entrainer à l'intérieur, ce que, trop négligeant, je ne fais pas vraiment. Le parkour par de mauvais temps est une mauvaise idée à mon avis. L'eau, par presque toute ses formes, peut facilement nous faire perdre pied avant l'exécution d'une cascade, ce qui peut être très dangereux. Un saut que l'on comptait faire sur une longue distance et par-dessus un vide peut finalement finir dans ce vide et l'atterisssage se faire sur une autre partie du corps que les pieds.
   Avec le temps, quelque chose que l'on croyait impossible nous sera accessible. Le temps, la pratique, la détermination et la persévérence sont, selon moi, les ingrédients de l'évolution. C'est au bout d'un certain temps, qu'en regardant en arrière, nous verrons avec fierté tout les progrès réaliser depuis ce si piètre début.

Par Soyz - Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires - Communauté : Le Parkour
Mercredi 30 avril 3 30 /04 /Avr 00:58

Avant de commencer un entraînement musculaire sérieux, il vous faut savoir qu’il y a plusieurs façons de travailler un muscle : en force, en puissance, en hypertrophie et en endurance. Avant tout, un muscle qui n’a jamais été travaillé est sujet à se blesser plus facilement, il sera donc déconseillé de commencer à s’entraîner avec de grosses charges ou d’exécuter un travail rapidement, c’est pourquoi il vous faudra commencer par travailler vos muscles en résistance. Si vous souhaiter travailler un muscle que vous sollicitez souvent, cette phase ne sera pas nécessairement obligatoire.

Vous entraîner en endurance vous permettra de travailler vos muscles et de les fortifier en évitant toutes blessures. De plus, cela forcera une amélioration de votre système sanguin qui pourra donc leur apporter plus de sang, ce qui mettra à leur disposition tout ce dont ils ont besoin. Pour exécuter un travail en endurance, vous devrez exécuter des séries de 15 à 20 répétitions avec des poids légers. Si vous pouvez étirer vos séries jusqu’à 22, vos poids ne sont pas assez lourds, car, puisqu’avec des poids permettant 15 répétitions vos fibres résistantes sont déjà sollicitées, il serait inutile d’effectuer une quarantaine de répétitions avec de plus petits poids. Il sera nécessaire d’exécuter vos séries à une vitesse plutôt lente, car les fibres endurantes du muscle sont à contractions lentes, donc un mouvement rapide travaillerait vos fibres rapides. Cela aurait pour effet de travailler votre endurance seulement lors de la descente du poids (phase négative) ce qui serait moins bénéfique pour augmenter votre résistance.

Je vous conseille de travailler chacun des muscles que vous visez de deux à quatre fois par semaine pour favoriser la croissance musculaire. Une fois par semaines ne serait pas si mal, cependant la progression serait lente.

Après quelques temps (1 à 4 semaines, selon votre ancien degré d’activité), vous pourrez commencer à travailler vos muscles en force ou en puissance. Entrainer un muscle en force permet évidemment d’en augmenter la force et, contrairement à la résistance qui développe les fibres lentes du muscle, ceci développera ses fibres les plus rapides, ce qui en fera un muscle puissant (explosif). On peut travailler un muscle en force en minimisant la prise de masse et vice-versa. Pour travailler un muscle en force, vous devrez exécuter des séries de 3 à 7 répétitions avec des poids lourds. Il sera important de descendre le poids lentement (il est conseiller d’adopter une vitesse de contraction aussi rapide que possible, aussi bien se donner à fond). L’exécution lente de la phase négative (extension du muscle) est le fait de travailler en négatif. Appliquer le travail en négatif est le moyen le plus efficace d’augmenter la force et la puissance de vos muscles rapidement. Si la descente du poids est négligée, vos muscles progresseront lentement et vous perdrez beaucoup de temps. Si vous pouvez étirez vos séries jusqu’à neuf répétitions, vos poids sont trop légers. Les mouvements à grande amplitudes favoriseront la croissance musculaire puisqu’ils causeront de plus grands dommages au muscle (celui-ci s’adaptera en devenant plus fort une fois réparer). Il existe plusieurs moyens d’augmenter la force d’un muscle : les séries à grandes amplitudes, le travail en négatif (un ami vous aide franchement à monter un poids trop lourd que vous descendez cependant seul. Si vous travailler les biceps, l’autre bras peut jour ce rôle…), le travail en isométrique (vous maintenez l’effort maximal durant 8 secondes si possible) et le travail en ¼ de répétition (vous effectuer 3 répétition non complètes avec le poids le plus lourd que vous pouvez lever pour solliciter un maximum de fibres musculaires). Toutes ses méthodes possèdent leurs avantages et leurs désavantages, mais chacune est efficace. Les combiner serait une très bonne idée.

Travailler un muscle en force développera la puissance explosive de celui-ci (les fibres rapides), on peut donc dire que cela travaillera également sa puissance, mais une fois qu’un certain niveau de force est atteint, même si la progression continue, votre vitesse de contraction n’augmentera pas. C’est pourquoi vous devrez développer des fibres intermédiaires, soit des fibres moyennement rapides, moyennement fortes et moyennement résistantes. Comme mentionné plus tôt les fibres musculaires rapides permettent un mouvement rapide (évidemment), donc puissant. Ce qui signifie que d’exécuter un travail rapidement, même si le poids est léger, travaillerait les fibres musculaires rapides, donc la puissance et, puisqu’ici le travail sera fait en séries longues, également la résistance, mais sans le désavantage des fibres lentes. On peut comparer la puissance au fait de dépenser la plus grande quantité d’énergie possible sur la plus courte durée de temps possible. Donc vous tenterez d’exécuter le plus grand nombre de répétitions sur la plus courte durée de temps possible. Un nombre de répétions parfait se situera entre 15 et 20. À long terme, ce type de travail remplacera vos fibres lentes par des fibres rapides (mais tout de même résistantes) ce qui permettra des efforts intenses et rapides puisque, lors d’un gros effort, un maximum de fibres est sollicité. Les fibres lentes viendraient donc à l’aide, mais si elles sont remplacées par des fibres à la force et à la puissance supérieure, le travail sera fait plus facilement. Une fois que le mouvement est devenu lent, la série est terminée puisque les fibres lentes auront pris le relai. N’oublier pas que la phase importante dans ce type de travail est la phase positive, elle où il se produit la contraction du muscle. Il est donc inutile de descendre le poids aussi rapidement que possible, éviter les blessures sera le mieux.

Travailler en hypertrophie signifie travailler en prise de volume. Travailler en hypertrophie devrait augmenter votre volume musculaire en minimisant les gains de force (pour un athlète c’est plutôt inutile) (lorsque les gain de force cause une hypertrophie, on parlera de prise de masse). Pour prendre du volume, l’idéal est d’exécuter des séries entre 8 et 12 répétitions, idéalement entre 8 et 10. Huit répétitions s’approchant d’un travail en force et 12 répétitions d’un travail en endurance. Mis à part l’esthétique, la prise de masse musculaire a quelques avantages, dont un qui est l’augmentation du volume de stockage de l’ATP et du glycogène. L’ATP est la meilleure source d’énergie disponible à nos muscles pour un effort très intense. Seulement, sa quantité de stockage est limitée et le seul moyen d’en stocker plus est d’augmenter le volume du muscle qui pourra donc en stocker plus. Généralement, l’ATP permet un effort d’environs 8 secondes. Le glycogène permet aussi un effort intense, mais moins que l’ATP.

Il est à déconseiller de travailler un seul ou seulement quelques groupes musculaires et de négliger les autres. Mieux vaut avoir chacun de vos muscles raisonnablement développés que d’avoir quelques un d’entre eux surdéveloppés. La majorité des muscles antagonistes devrait être développé de façon égale pour éviter certains problèmes. Comme mentionné plus tôt, il sera important de vous entraînez autant en force qu’en puissance. Pour bâtir votre programme, l’idéal serait de travaillez tous les muscles visés en une seule séance et ce quatre jour sur huit tout en alternant le type de travail d’une séance à l’autre : une fois en force, l’autre en explosivité et ainsi de suite. Ainsi vous éviterez le surentrainement tout en favorisant la croissance musculaire. Au début, une seule série par muscle pourrait être suffisante, puis vous pourrez augmenter l’intensité de vos séances. Pour favoriser le rendement de votre temps, plutôt que d’attendre pour qu’un muscle récupère de sa série avant de faire la suivante, vous devriez alternez deux groupes musculaires. Par exemples, une série de biceps, une série de triceps, une autre de biceps et encore une de triceps. Ainsi les pertes de temps sont éliminées. La prise d’anabolisant (whey protéine par exemple) n’est pas conseillé car elles stop le catabolisme (destruction des fibres musculaire, ce qui cause les courbatures) pour engendrer l’anabolisme (réparation des fibres musculaire). Et il est prouvé qu’un puissant catabolisme engendrera un anabolisme encore plus puissant, donc la prise d’anabolisant aurait un effet contraire à ce que nous souhaitons, mais je ne vous déconseille tout de même pas les supplments. Après un certains temps, il vous sera difficile d’être courbaturé. C’est que vos muscles se seront adaptés à la situation et comme les courbatures sont bénéfiques, vous progresserez plus lentement. C’est pourquoi il est conseillé de cesser l’entrainement durant une à deux semaine toutes les six semaines pour perturber votre muscle qui se déshabituera au travail et qui sera de nouveau facilement courbaturé. Le meilleur moyen d’engendrer des courbatures est de travailler en négatif avec de gros poids, mais il est conseiller de ne pas dépasser les deux fois par semaine. Les étirements seront très importants, car une perte de flexibilité affectera votre confort, mais surtout car la souplesse est une qualité athlétique qu’on ne doit pas négliger. Un muscle souple sera plus fort et plus puissant car il sera élastique et qu’il se contractera plus qu’un muscle qui n’est pas flexible. Et aussi car la souplesse permet des mouvements à grande amplitude. Il ne faudra pas négliger non plus votre alimentation. Assurer vous de manger assez de glucides (afin de vous fournir une bonne source d’énergie et d’éviter le catabolisme qui aurait pour but de fournir des glucides au cerveau) (favoriser les glucides à index glycémique élevé après l’entraînement ou une activité intense et les glucides à index glycémique faible tout au long de la journée), de bons lipides (végétales), de protéine, de fer, de vitamine et de calcium. Vous voilà bien appuyé sur de bonne base pour débuter votre entrainement. Plusieurs sites internet vous offres des informations sur le sujet de la musculation, comme comment travailler tel ou tel muscle ou comment bien manger…

Par Abcisse - Ecrire un commentaire
Voir les 2 commentaires
Mercredi 30 avril 3 30 /04 /Avr 01:32

Nous avons déménagé, Soyz et moi, à Lévis vers le milieu de l’été 2007. Le premier mois nous pratiquions beaucoup le parkour puis le deuxième nous avons commencé à travailler et notre temps libre fut limité au soir et au peu de congé que nous avions. Vers la fin du deuxième mois ou au début du troisième, je me suis enfin acheté un caméscope (HDR-HC5) avec lequel nous avons commencé à filmer plusieurs scènes. Nous voulions faire un film haute définition, mais nous nous somme aperçu que notre logiciel de montage (Windows Movie Maker) ne lisais pas les fichiers vidéo haute définition donc nous avons abandonné l’idée.

On filmait toujours nos scènes en HD pour en faire des images si le besoin venait, mais nous les importions en DV pour pouvoir en faire le montage. À notre grande déception, Windows Movie Maker plantait chaque fois qu’on tentait de faire un montage avec nos vidéos car c’étaient des clips AVI. Nous avons donc commencé à chercher un logiciel de montage vidéo performant que nous pourrions télécharger gratuitement, ce que nous n’avons, évidemment, jamais trouver.

Donc déçus, nous avons arrêter le projet de monter un film, tout en continuant de filmer plusieurs séquences. Puis après plusieurs semaines, j’ai enfin eu l’idée d’essayer de convertir les clips AVI en clip WMV à l’aide de Windows Movie Maker. Les clips WMV étant beaucoup moins lourds que les clips AVI et Windows Movie Maker étant fait pour monter ces fichiers vidéo, mon idée s’avéra efficace. J’ai donc commencer à couper le superflu de chacune de nos scènes puis de les convertir une à une en clip WMV, ce qui fut long et qui me découragea souvent.

Durant ce long processus, je m’amusais à faire de petits montages et des essais puis Soyz a fait le montage d’une publicité pour ce que serait notre film. Les séquences que nous filmions s’ajoutaient rapidement au tas de travail qu’il y avait déjà ce qui me décourageait encore plus, mais, déterminé à finir le montage de notre film, je continuai de persévérer. Puis ayant terminé la conversion des scènes que je comptais mettre dans notre film, je commençai le montage. Vers la fin de celui-ci, notre logiciel de montage n’arrêtait pas de planter, j’ai cru qu’il s’agissait d’un de nos clips vidéo qui était en format AVI ce qui était le cas, mais ne pouvant vérifié le format d’une seule scène à la fois, car une fois ceci fait, Windows Movie Maker plantait, cela s’avéra être très long.

Puis une fois la scène trouvée et remplacée par celle en format WMV, je cru enfin que je pourrai terminer le montage du film, mais je m’aperçu qu’il manquait de « bonnes » scènes pour concordé avec la musique, nous sommes donc sortit à 1h30 du matin pour filmer plusieurs séquences. Trois de ces séquences sont dans le film, deux d’entre eux sont malheureusement trop sombre pour qu’on distingue bien ce qui s’y passe. De retour à la maison, nous avons terminé le montage et avons commencé l’enregistrement en tant que film (WMV). Durant le processus nous sommes allés nous coucher.

Le lendemain, le processus n’était pas terminé, nous avons réessayé plusieurs fois et chacune d’entre elles, le processus s’arrêtait au même endroit. Nous avons donc séparé le montage en deux parties que nous avons converties en film pour ensuite les assemblées. Nous avons appelé le vidéo Alones, puisque nous étions seuls dans une ville que nous ne connaissions pas. Le film enfin terminé, nous l’avons envoyé sur Internet.

Par Fear The Cops - Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Samedi 26 juillet 6 26 /07 /Juil 04:41

Effectivement, travailler sa force développera des fibres très rapide et très forte. Toutefois, s’entraîner exclusivement en force équivaut à faire une croix sur l’endurance puisque les fibres rapides sont très peu résistantes. Et le système permettant de brûler les graisses n’étant pratiquement pas sollicitées, le muscle contiendra moins de myoglobine. Et aussi, une fois une certaine force atteinte, même si la progression continue, la puissance restera au même niveau. La solution sera le travail en explosivité, soit de travailler en puissance avec des petits poids, pour permettre des répétitions rapides, sur de nombreuses répétitions. Les muscles s’adapteront en formant des fibres capables de contraction rapides et d’endurance. Ces fibres seront en fait les fibres lentes qui prendront les caractéristiques de fibres plus rapides. Ainsi, les fibres rapides et les fibres intermédiaires travailleront en synergie pour vous permettre d’exécuter des mouvements explosifs.

Par Abcisse - Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Samedi 26 juillet 6 26 /07 /Juil 04:50

Bien sûr, l’endurance est une qualité athlétique essentiel à plusieurs sports. Mais les fibres qui permettent un travail très long ne permettent pas de contractions rapides et sont faibles. Donc lors d’un travail rapide elles ne sont pas sollicitées et équivalent donc à une masse contre productive puisse qu’il nous faut les traîner avec nous alors qu’elle n’apporte aucune aide dans l’exécution du mouvement. D’un point de vue, elles équivaudraient à de la graisse. Et si le mouvement est trop difficile et que le cerveau doit recruter un maximum de fibres, les fibres lentes ralentiront le mouvement.

            Mais je ne dis pas que l’endurance est contre productive, seul les fibres lentes le sont. Le travail en explosivité oblige un travail en puissance sur de nombreuses répétitions, donc une forme d’endurance est développée. Le muscle s’adapte en formant des fibres capables d’endurance, mais aussi de contraction rapides. Une endurance d’un niveau légèrement inférieur à celle des fibres lentes toutefois. Ces fibres puissantes, mais endurantes permettront autant un travail en endurance qu’en puissance. Et leur force étant supérieure à celle de fibres lentes, vous soulèverez plus lourd, puisque lors de travail difficile, le cerveau recrute un maximum de fibres musculaires. Voilà pourquoi je déconseille les séries d’endurance lentes et conseille le travail en explosivité. Bien sûr, certains sports qui ne requièrent pas de puissance et plutôt de l’endurance nécessiteront un entraînement en séries longues et lentes.

Par Abcisse - Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Samedi 26 juillet 6 26 /07 /Juil 04:52

Pour maigrir, évidemment on doit créer un déficit calorique. Notre énergie provient de trois source différente : les glucides, les lipides et les protéine. Tous trois sont essentiel. Une source d’énergie disponible pourrait être l’alcool qui cependant n’est pas indispensable.  Le déficit  devra être créé dans l’apport des gras.

            Simplement car les pertes de masse graisseuse seront faibles, voir absentes, en coupant les protéines ou les sucres.

Les protéines sont utiles pour tous. Non seulement pour la fabrication de tissus, mais aussi pour la fabrication des os, des enzymes, des cheveux, etc. Le corps défait les protéines en petite particule appelées acides aminés (base des protéines) pour les rassembler et former une autre sorte de protéines, selon le besoin. Si trop de protéine sont consommées, elle seront stockées sous forme de gras et ne pourront plus être réutilisées. Mais pour manger autant de protéine, il faudrait le vouloir, jamais une alimentation normale ne fournira une telle quantité de protéines.

Les sucres, eux aussi, comblent beaucoup de besoins. Tout comme les protéines, pour se transformer en graisse, il faut en manger plus que nos besoins en demandent, donc il est déjà inutile d’en manger moins. En plus, ils sont la source d'énergie que nos muscles préfèrent. Seules les fibres lentes n'en brûlent pas et consomment plutôt les graisses et comme il est rare que quelqu'un s'entraîne seulement en résistance, il serait idiot de couper cette source d'énergie et de mettre précocement fin à nos séance d'entraînement. Bien sur, une fois ces réserves vidées, les gras prendrait le relais pour fournir l'énergie à nos muscles, mais le fait d'avoir épuisé sont glycogène donnent une impression de fatigue et le gras ne permet pas d'effort intense. De plus, le glycogène est essentiel pour que se consument convenablement les graisses.

Autre fait, le cerveau carbure au glucose. Hors, lorsque le taux glycémique est bas (taux de sucre dans le sang), et il risque de l'être si on se prive de sucre, notre corps essaie de remédier à la situation. Au début le foie dégrade le glycogène qu'il a stocké pour mettre du glucose en circulation.

Déjà là, c'est mauvais, le glycogène hépatique est, contrairement au glycogène musculaire, transférable d'un muscle à l'autre pour prévenir le manque d'énergie, ce qui est pratique pour l’entraînement. Bien sûr ce n'est pas une situation critique, c’est grâce à cette méthode que l’on passe d’un repas à l’autre et que l’on peut dormir toute la nuit sans manger.

Mais, par la suite, le catabolisme et la dégradation de graisse se produisent pour fournir à notre cerveau le glucose dont il a besoin (perte de graisse, mais aussi de muscle).Les acides aminés glucoformateurs provenant des muscles et le glycérol provenant de la graisse ainsi que les acides pyuviques et lactiques seront acheminés au foie puis transformés en glucose. Cela signifie qu'avant que le déficit calorique (du côté des sucres) ne permette d'éliminer la graisse, le corps a vidé ses réserves de glycogènes hépatiques et qu'un catabolisme se produit.

Mais ces processus sont limités. Après, notre organisme fabrique des corps cétonique, dérivés de la décomposition incomplète du gras (donc il reste des déchets), pour fournir au cerveau l'énergie dont il a besoin. Mais les corps cétoniques ne sont pas aussi efficaces que le glucose et nous entrons alors dans un état d'euphorie et la présence des ces corps dans le sang donne une haleine intense et désagréable. Et tout cela ne réduit que faiblement la masse adipeuse.

Logiquement, vous ne supporteriez pas cette phase longtemps avant de succomber et de recommencer à manger exactement comme vous le faisiez avant de suivre votre régime. Et, puisque, votre métabolisme de base (énergie dépenser au repos) serait plus bas vu la baisse de votre masse musculaire (plus on a de muscles, plus le métabolisme de base est élevé) vous reprendriez du poids rapidement et même si vous ne dépassez pas celui que vous aviez avant, votre peau semblera plus flasque, moins ferme, puisque vous seriez plus gras et moins musclé.

Plusieurs disent que les graisses doivent constituer un minimum de 20% de l'apport énergétique car elles sont la source d'énergie de fonctions de bases très importantes. Pourtant, si on veut maigrir, c'est qu'on a un minimum de graisse de stockée. Donc, si ce 20% ne serait pas comblé, notre corps puiserait forcément dans ces réserves pour combler ces besoins indispensables. Lorsque l’on manque de sucres, celui-ci se démène pour en fabriquer avec tout ce qu'il trouve, il peut donc déstocker un peu de graisse simplement pour la brûler et fournir l'énergie à ces fonction de bases. Et pour quelqu'un qui s'entraîne seulement en explosivité et en force, comme je le conseille, ces fonctions de base sont le meilleur moyen pour brûler cette graisse en trop puisque ces fibres lentes ne sont pratiquement pas sollicitées. Et ainsi, la perte de poids trop rapide est impensable. Et de plus, cela n'engendre aucun catabolisme et aucune perte d'énergie qui causeraient une diminution de l'intensité des séances d'entraînement. Il sera tout de même important de ne pas complètement éliminer les gras de son alimentation, en manger moins suffira. Pour ceux qui aiment les chiffres, environs 10 % de l’apport calorique devrait tout de même provenir des graisses.

Pour augmenter le déficit calorique, il vous suffirait de vous entraîner en cardio peu intense sur de longue durée ou de travailler vos muscles en endurance. N’oubliez pas que plus l’exercice permet d’utiliser un gros poids, plus vous brûler de calories, donc les gros muscles sont à prioriser. Mais si vous vous entraîner en endurance, il serait bien de ne pas couper les gras de façon drastique, pour ne pas maigrir de façon trop rapide. Plus vous avez peu à perdre, plus vous devez être prudent.
Par Abcisse - Ecrire un commentaire
Voir les 1 commentaires

Retour

Présentation

  • : Fear The Cops
  • Fear The Cops
  • : 17/11/2007

Catégories

Votez

Communautés

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus